Inflammation cardiaque après vaccination Covid rare: étude Lancet | Santé

Le risque global de myopéricardite – une affection qui provoque une inflammation des muscles cardiaques – après la vaccination contre le COVID-19 est très faible, affectant 18 personnes par million de doses de vaccin, selon une étude publiée dans la revue The Lancet Respiratory Medicine. (Lire aussi: Un médecin révèle pourquoi les crises cardiaques sont courantes chez les femmes)

La recherche confirme que le risque de myopéricardite est comparable ou inférieur après la vaccination COVID-19 par rapport aux autres vaccins non COVID-19.

L’équipe a analysé des bases de données internationales, examinant plus de 400 millions de doses de vaccination, pour comparer le risque de myopéricardite après vaccination contre le COVID-19 et d’autres maladies telles que la grippe et la variole.

Ils n’ont trouvé aucune différence statistiquement significative entre l’incidence de la myopéricardite après la vaccination COVID-19 – 18 cas par million de doses – et d’autres vaccinations, qui était de 56 cas par million de doses.

“Nos recherches suggèrent que le risque global de myopéricardite ne semble pas différent pour ce groupe de vaccins nouvellement approuvés contre le COVID-19, par rapport aux vaccins contre d’autres maladies”, a déclaré Kollengode Ramanathan, du National University Hospital de Singapour, et auteur correspondant de l’étude.

“Le risque d’événements aussi rares doit être mis en balance avec le risque de myopéricardite due à l’infection et ces résultats devraient renforcer la confiance du public dans la sécurité des vaccinations contre le COVID-19”, a déclaré Ramanathan.

La myopéricardite, dans certains cas, peut causer de graves lésions cardiaques permanentes. Elle est le plus souvent causée par des virus mais peut également survenir après la vaccination dans de rares cas.

Des cas de myopéricardite ont été signalés après une vaccination contre la COVID-19 basée sur l’ARNm, en particulier chez les adolescents et les jeunes adultes.

Les chercheurs ont analysé plus de 20 études avec des incidences signalées de myopéricardite après tout type de vaccination entre janvier 1947 et décembre 2021.

Parmi les vaccinations COVID-19, le risque de myopéricardite était plus élevé pour ceux qui ont reçu des vaccins à ARNm (22,6 cas par million de doses) par rapport aux vaccins sans ARNm (7,9 cas par million de doses), ont déclaré les chercheurs.

Les cas signalés étaient également plus élevés chez les personnes de moins de 30 ans (40,9 cas par million de doses), les hommes (23 cas par million de doses) et après la deuxième dose de vaccin COVID-19 (31,1 cas par million de doses), ont-ils déclaré.

“La survenue d’une myopéricardite après une vaccination non COVID-19 pourrait suggérer que la myopéricardite est un effet secondaire des processus inflammatoires induits par toute vaccination et n’est pas unique aux protéines de pointe du SRAS-CoV-2 dans les vaccins ou l’infection COVID-19”, a déclaré Jyoti Somani, du National University Hospital de Singapour et co-auteur de l’étude.

“Cela souligne également que les risques d’événements indésirables aussi peu fréquents devraient être compensés par les avantages de la vaccination, qui comprennent un risque moindre d’infection, d’hospitalisation, de maladie grave et de décès par COVID-19”, a déclaré Somani.

Les chercheurs reconnaissent certaines limites à leur étude.

Ils ont noté que leurs conclusions n’incluent qu’une petite proportion d’enfants de moins de 12 ans qui n’ont été éligibles à la vaccination que récemment, et que les résultats de cette étude ne peuvent pas être généralisés à ce groupe d’âge.

.

Add Comment