Mesurer les perturbateurs endocriniens dans les eaux usées

Crédit : domaine public CC0

Traiter les polluants, comme les perturbateurs endocriniens, est un moyen efficace de protéger l’environnement. Les perturbateurs endocriniens sont des substances chimiques qui altèrent les systèmes hormonaux et le développement des organismes qui y sont exposés, même en petite quantité. La doctorante Julie Robitaille et la professeure Valérie Langlois de l’Institut national de la recherche scientifique (INRS) travaillent sur un outil d’analyse des effluents pour prédire leurs effets nocifs.

« Il y a un intérêt au Québec et ailleurs dans le monde à trouver des moyens de suivre les perturbateurs endocriniens. Ces méthodes pourraient même identifier d’où vient la contamination dans une zone donnée, que ce soit en milieu agricole, hospitalier, municipal ou industriel », explique le professeur Valérie Langlois.

La paire de chercheurs travaille également avec des partenaires municipaux et industriels pour surveiller l’eau potable et les eaux usées afin de planifier d’éventuels changements d’infrastructure. Contrairement à de nombreuses techniques actuelles qui testent sur les poissons, leur méthode n’implique pas d’expérimentation animale. Au lieu de cela, leur approche utilise des lignées cellulaires humaines, génétiquement modifiées en laboratoire pour être sensibles à certaines hormones.

« Lorsqu’un perturbateur endocrinien active les récepteurs de ces cellules, celles-ci émettent une petite lumière. C’est ainsi que nous déterminons si les eaux usées pourraient présenter un risque pour le système hormonal », explique Julie Robitaille, doctorante en sciences de l’eau. Cependant, elle dit que des recherches supplémentaires sont nécessaires pour révéler comment leurs découvertes cellulaires se traduisent par des espèces aquatiques.

Le cocktail contaminant

L’enjeu du suivi des eaux usées vient du « cocktail » de perturbateurs endocriniens qu’elles contiennent. “Vous ne pouvez pas simplement regarder si chaque substance individuelle est présente. Vous devez analyser si l’ensemble du mélange a un effet, car ces contaminants peuvent avoir des conséquences différentes lorsqu’ils sont combinés avec d’autres produits chimiques”, explique le Ph.D. élève.

Pour tester les effets du mélange de polluants, les chercheurs se sont tournés vers des bioessais, utilisant les analyses biologiques pour mesurer les réactions de leurs lignées cellulaires lorsqu’elles sont exposées à des échantillons d’eaux usées, sans savoir exactement quels contaminants elles contenaient.

Robitaille a utilisé plusieurs techniques pour démontrer l’efficacité de ce type d’approche, dont l’une consistait à faire l’inventaire de tous les outils à la disposition des autorités réglementaires. Elle a réalisé cette revue de la littérature en collaboration avec des scientifiques membres du Centre intersectoriel d’analyse des perturbateurs endocriniens (ICEDA). La publication est parue dans le Recherche environnementale numéro spécial 2022 de la revue sur les perturbateurs endocriniens chimiques.


Développement de tests de dépistage des perturbateurs endocriniens chimiques


Plus d’information:
TS Barton-Maclaren et al, Innovation dans les approches réglementaires pour les perturbateurs endocriniens : Le cheminement vers la modernisation de l’évaluation des risques au Canada, Recherche environnementale (2021). DOI : 10.1016/j.envres.2021.112225

Fourni par l’Institut national de la recherche scientifique – INRS

Citation: Mesure des perturbateurs endocriniens dans les eaux usées (12 avril 2022) récupéré le 12 avril 2022 sur https://phys.org/news/2022-04-endocrine-disruptors-wastewater.html

Ce document est soumis au droit d’auteur. En dehors de toute utilisation loyale à des fins d’étude ou de recherche privée, aucune partie ne peut être reproduite sans l’autorisation écrite. Le contenu est fourni seulement pour information.

Add Comment